L'association de patients Junge Meenzer Parkis en visite au LCSB

Le mardi 7 mai 2019, le Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB) de l'Université du Luxembourg a accueilli dans ses laboratoires une trentaine de membres de l'association de patients allemande Junge Meenzer Parkis.

« Personne ne devrait se sentir seul face à la maladie », a déclaré la présidente Angela Ertl, tel est l'objectif de son groupe de défense des patients à Mayence qui soutient des jeunes patients et leurs proches. « Nous voulons soutenir les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et éduquer les gens sur la maladie. Pour une grande partie des jeunes patients, le diagnostic est source de stupeur et suscite plusieurs questions. C'est pourquoi le sujet de la recherche et de la médecine du futur sont d'un grand intérêt. » Au cours de la visite au campus de Belval, les visiteurs ont eu l’occasion de poser ces questions lors de présentations, de visites guidées et d’échanges personnels avec le professeur Rejko Krüger et d'autres chercheurs du LCSB. Ils ont pu ainsi avoir une idée de ce qui passe dans les coulisses de la recherche sur la maladie de Parkinson.

L'association de patients Junge Meenzer Parkis en visite au LCSB

Le Professeur Rejko Krüger a tout d’abord présenté la stratégie de recherche interdisciplinaire du LCSB et de l’étude sur la maladie de Parkinson au Luxembourg: « Nous aimerions mieux comprendre les mécanismes moléculaires conduisant à la maladie de Parkinson. C’est seulement à partir de là que nous pourrons diagnostiquer la maladie plus tôt et mieux la traiter. » La participation de centaines de personnes, atteintes ou non de la maladie de Parkinson, à l’étude sur la maladie de Parkinson au Luxembourg a déjà permis de recueillir une grande quantité de données qui fourniront des informations à cet égard.

Ensuite, les invités ont également eu la possibilité de visiter les laboratoires. Lors de ces visites, les chercheurs ont présenté et expliqué leurs travaux dans les domaines de la recherche sur les cellules souches, de la neurobiologie moléculaire et de la stimulation cérébrale profonde, afin de donner aux visiteurs une idée des différents projets Parkinson du LCSB. « Être sur place et voir comment, par exemple, sont utilisés les échantillons que les patients de l’étude Parkinson fournissent à la recherche est très motivant », a déclaré Angela Ertl. « Nous remercions sincèrement le professeur Krüger et son équipe pour cet aperçu du LCSB et leur hospitalité. »

Pour les chercheurs, ces visites vont de soi. « Il est très important pour nous de nouer et d'entretenir des relations avec les associations de patients, même au-delà des frontières luxembourgeoises, et de les informer sur nos projets scientifiques. Les patients sont de véritables experts et peuvent apporter une contribution importante à la recherche, par exemple en participant à l’étude sur la maladie de Parkinson au Luxembourg « , affirme Krüger.